+33 6 25 47 66 54      ipo.louisthannberger@gmail.com    

Access

c'est la Bourse pour

apprendre et pour comprendre

Access +

c'est le nouveau

Second Marché

IPO Number 1

En Bourse aussi, plus rien ne sera sans doute plus comme avant.

 

Parce que la moitié des entrées en Bourse de ces dernières années se sont faites sur la base d’entreprises surévaluées et de levées de fonds surdimensionnées, le premier jour, elles ont plongé dans la foulée… dès lors que les fruits attendus n’étaient pas à hauteur de ce que les fleurs laissaient espérer. Je tiens cette phrase du Président de l’Autorité des Marchés Financiers, autorité suprême de la Bourse, s’il en est.

 

Les entreprises concernées ont trinqué, les actionnaires individuels et investisseurs institutionnels aussi. A l’heure où les français retrouvent de l’appétit pour la Bourse, plus jeunes qu’avant, selon le Figaro du 21 avril 2020, le moment est particulièrement opportun pour remettre dans le domaine de l’introduction en Bourse beaucoup de choses à plat.

 

Sur un plan plus général, il est probable que la sortie de crise soit plus délicate pour les grands groupes, plus diversifiés et plus mondialisés que pour les PME, plus agiles et campées sur des niches.

 

L’heure d’ACCESS est arrivée

 

Euronext a eu la grande idée de créer ce compartiment il y a trois ans, mais il n’a pas encore connu le succès que l’on attendait. Les compartiments régulés comme Euronext Growth ou Euronext A, B, C baignant dans une euphorie générale, jusqu’à la fin de l’année dernière, comme on a pu le lire un peu plus haut ont pris le pas sur ACCESS.

 

Les circonstances actuelles font que le monde a changé…

 

Dans mon dernier message, je disais qu’Euronext devrait accueillir des TPE/PME en masse, un pour les aider de sortir la tête de l’eau, deux pour sécuriser son propre fonds de commerce en renouvelant le tissu boursier de la Place de Paris. D’autant qu’il n’est plus tout à fait prouvé que les numéros un mondiaux pourront ou aient envie de le rester.

 

Bref, ACCESS est l’instrument idéal pour des patrons de PME qui veulent accélérer, mais ont compris aussi qu’ACCESS était à l’introduction en Bourse ce que le tour de chauffe –qui prévaut avant chaque départ – est à la F1.

 

C’est parce qu’il n’y a pas eu de tour de chauffe sur les autres compartiments, au cours des dernières années, qu’il y a eu autant d’accidents.

Pour les investisseurs institutionnels et singulièrement individuels, ACCESS est une sécurité pour ainsi dire absolue, dès lors que la Bourse est et restera pour toute entreprise une affaire de crédibilité croissante, la sélection se faisant d’elle-même, c’est-à-dire par le Marché, le juge de paix.

 

Et quand, après un an, le cours aura progressé parce que le prix d’entrée le premier jour aura été raisonnable et les premières prévisions tenues, le transfert sur un compartiment régulé ou règlementé, ne sera pour ainsi dire plus qu’une formalité comme pour des dizaines et dizaines de TPE auxquelles j’ai mis le pied à l’étrier et dont la plupart sont devenues des PME et parmi elles, quelques-unes des ETI comme Ecco (entré en bourse sur le hors-cote) devenu Adecco et numéro un mondial du travail temporaire depuis.

 

Comme quoi le monde nouveau est dans le monde ancien.

 

Louis THANNBERGER

 

*****

 

ACCESS + : c’est le Second Marché de 1983… en 2018 créé par Euronext le 19 juin 2017

 

Deux exercices sont requis, dont le dernier doit être certifié, plus un million d’euros de flottant en vue d’échanges plus nourris d’entrée de jeu. Access + rappelle étrangement le Second Marché qui a révolutionné la mentalité des chefs d’entreprises en France, rétifs à l’époque à l’idée d’ouvrir leur capital au public. La Bourse de Paris était alors compréhensive à ce point, qu’elle permettait aux propriétaires des entreprises ayant choisi d’entrer sur le Second Marché, de mettre les 10 % exigés au départ, à la disposition du public pendant un délai de 3 ans.

 

La quasi-totalité de nos best-sellers, c’est le Second Marché qui les a fait éclore. Les levées de fonds étaient alors rarissimes, les fortunes accumulées par les propriétaires, a contrario considérables, au point que la plupart d’entre eux ont pu créer leur propre family-office.

 

L’idée qui prévalait alors, consistait d’abord et avant tout, à séparer le pouvoir : 51 % des : 49 %  qui ne servent à rien, si ce n’est à prendre tous les jours plus de risques, risque de tout perdre.

 

Cette grande idée reviendra à l’ordre du jour à un moment ou à un autre, elle est l’ardente obligation pour tout propriétaire d’une entreprise qui grandit. Lui donner une valeur, rendre liquide de facto le patrimoine entrepreneurial (49 %) est devenu pour ainsi dire une nécessité absolue. Quelques années plus tard, certains ont profité du sommet de la courbe pour vendre les 51 % restants, c’est-à-dire la majorité.

 

 

ACCESS : la Bourse pour apprendre, la Bourse pour comprendre

 

Access, est à la Bourse ce que le tour de chauffe est à la Formule 1. Trois grandes stars de la cote d’aujourd’hui : Club Med,  Ecco, devenu Adecco n° 1 mondial, Accor, ont fait leurs premiers pas en Bourse sur l’Access de l’époque, à savoir le Hors Cote. Access, permet à une entreprise de s’acclimater à la Bourse d’une manière progressive, avant de se transférer sur Access +, Euronext Growth, voire Euronext C.

 

Access, n’impose pour ainsi dire, aucune contrainte particulière aux TPE/PME voulant entrer en Bourse rapidement, pour leur donner très tôt une vraie valeur, celle du Marché et d’accéder tout aussi tôt à la Presse, qui les rend de facto plus visibles, plus lisibles, plus crédibles.

 

Access, est le concurrent direct de certains fonds, sans compter que ce compartiment, qui fonctionne  sur toutes les autres Places financières du monde, offre aux actionnaires des sociétés qui l’ont choisi : valorisation et liquidité.

 

La démonstration par les exemples

• INTEGRAL, valorisée par Access à : 40 M€ s’est vendue il y a quelques mois à un grand groupe après son entrée sur le marché boursier, il y a trois ans.

 

Comme quoi, se faire valoriser par Access ou Access + d’abord, est la meilleure solution pour éviter toute dilution excessive, dès lors que la valorisation servant de base pour une levée de fonds émane de la Bourse. La Bourse est un Marché, et le Marché a toujours raison…

 

• Autre exemple ô combien démonstratif de ce qu’il faut faire : La Savonnerie de Nyons est la plus petite entreprise qui soit entrée en bourse.

 

2015

CA 1,1 M€ - BN 100 000 €

 

2016

CA 1,65 M€ - BN 140 000 €

 

2017

CA 2 M€ - BN 200 000 €

 

• Capitalisation boursière 2015 : 3 M€

•          -                  -        2016 : 4,3 M€

 

Le tout, sans levée de fonds. En revanche, jamais une société cotée n’a bénéficié de retombées Presse et d’un retentissement aussi considérables, dépassant les frontières. Plus de 100 articles lui ont été consacrés depuis qu’elle est cotée. L’effet sur sa notoriété et son image est précieux à l’Etranger surtout où une cotation en bourse est considérée comme un must. Sans la Bourse, sans la Presse, rien de tout cela n’eût été possible.

 

Tout chef d’entreprise non coté devrait s’inspirer de ces trois exemples. Etre coté, et ne pas l’être, ce n’est vraiment pas la même chose. La Bourse met l’entreprise en mouvement, et la sécurité est dans le mouvement.

 

*****

 

FLASH SPéCIAL

UNE GRANDE NOUVELLE

 

Les entrées en Bourse seront plus faciles et plus rapides !

 

En bref

 

  • Un nouvel assouplissement qui facilite l’introduction en bourse (IPO), puis le refinancement des entreprises par les Marchés.

 

  • Des levées de fonds avec offre publique désormais possibles sans prospectus ni visa, et jusqu’à : 8 M€ sur Euronext Access et Euronext Growth

 

  • Des contraintes ainsi allégées avant et après l’IPO - en terme de documentation, coûts et délais – pour les entreprises qui font appel à la Bourse afin de diversifier leur financement et d’accélérer leur croissance.

 

  • L’opportunité d’accéder à un bassin élargi d’investisseurs professionnels et particuliers et d’augmenter le montant levé et la NOTORIéTé de l’entreprise.

 

Les avantages apportés par cette mesure sont multiples

 

  • Gain de temps : Pour les entreprises cherchant à lever jusqu’à : 8M€, les obligations liées à la rédaction d’un prospectus à faire viser par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) disparaissent

 

  • Réduction des coûts : Les diligences demandées aux avocats, commissaires aux comptes et prestataires en services d’investissements, sont allégées.

 

  • Comme vous pouvez le constater la simplicité d’une entrée en bourse est désormais totale

 

 

Commentaire personnel

 

  • C’est une véritable autoroute qui s’ouvre pour les TPE/PME qui ont l’ambition d’accélérer pour devenir d’ici 5 ans au plus, soit des PME pour les TPE, soit des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) pour les PME, à l’instar du fameux Mittelstand allemand.

 

  • C’est aussi une autoroute, pour les propriétaires d’entreprises qui, au cours des 5 années qui viennent, et donc les plus fastes, veulent séparer le pouvoir : 51 % des : 49 % qui restent pour les valoriser crescendo et les rendre liquides, puisqu’ils ne servent à rien, si ce n’est à prendre tous les jours plus de risques, risque de tout perdre.

 

Et, c’est ainsi que j’ai sauvé, avant qu’il ne soit trop tard, les 49 % du capital des 30 entreprises qui ont fait faillite, parmi plus de 400 que j’ai conduites en bourse. C’est peut-être, ma plus grande fierté !

 

Continuer dans ces conditions à détenir plus de 67 % du capital d’une entreprise par les temps qui courent, est une véritable folie.

 

  • Il n’y a rien au-dessus d’une valorisation par le Marché – la Bourse est un marché et le marché a toujours raison – puisqu’il paie cash en 2019 vos ambitions de 2024, de sorte que ladite valorisation est sans commune mesure avec celle que vous a déjà payé, et surtout vous paiera, le capital développement. De facto, outre que les capitaux levés sont eux aussi plus importants que ceux du private equity, ils sont, partant, autrement moins dilutifs.

 

  • La Bourse, le Marché, n’est pas une solution parmi d’autres, elle, il, est la seule pour un chef d’entreprise qui veut rester libre, ou qui veut le redevenir le plus vite possible, si, des financiers sont déjà présents dans son capital, et surtout y demeurent...

 

  • La Bourse, le Marché, est le seul moyen de ne pas se tromper et surtout de ne pas être trompé.

 

  • La Bourse, le Marché, est une fantastique opération de communication, qui tire l’entreprise, ses dirigeants, ses équipes, vers le haut. Elle est LA référence absolue à l’Etranger, puisqu’elle, il lui confère une crédibilité dont tous les chefs d’entreprises se félicitent.

 

  • La Bourse, le Marché, est aux entreprises ce que le GPS est aux automobiles, elle, il, les conduit immanquablement dans la cour des grands.

 

  • Elle, il, incarne tout ce que les autres n’aiment pas : le mouvement, alors que la sécurité est précisément dans le mouvement. Pour faire simple, elle, il, ne sert que les intérêts de l’entreprise et de ses actionnaires d’origine et personne d’autre. Ceci expliquant cela.

 

 

Questions subsidiaires

 

On fait quoi et surtout comment, après une ou plusieurs levées de fonds ? Venez me voir, je vous le dirai !

 

Ceux qui me critiquent ont certes des qualités, sauf trois :

 

  1. Ils ne sont pas libres à 100 %, on n’est pas libre à 99 % !
  2. Ils n’ont pas de palmarès. Regardez le mien et surtout les best-sellers que j’ai su faire éclore.
  3. à partir de là, ils n’ont pas de réelle légitimité. Les faits sont les faits et les faits sont têtus.

Le problème n'est plus de savoir si, l'on est pour ou contre la Bourse, mais ce que l'on peut faire d'autre... si l'on veut rester libre !

On gagne toujours en travaillant avec un numéro 1

IPO Number 1

IPO Number 1

121, Champs Élysées

75008 Paris

+33 6 25 47 66 54

ipo.louisthannberger@gmail.com

ACTUALITÉS

EN VOUS ABONNANT À NOTRE LISTE DE DIFFUSION,
VOUS SEREZ TOUJOURS AVERTIS DES DERNIÈRES NEWS.

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

2020. Tous droits réservés.